Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

N° 012 - Je lis pour ne pas oublier

Eunice Eliazar

J'ai commencé à lire tôt. Il n'y avait pas de télévision à la maison à cette époque et j'étais insomniaque. Je lisais tout ce que je trouvais dès que je pouvais comprendre. Je lisais à n'importe quelle heure pendant les jours de vacances. Mais vite, j'ai eu un penchant pour la lecture nocturne à cause de mon insomnie,  aussi, parce que j'aimais le souffle calme de la nuit souvent accompagné de cris de grenouilles. Il y avait une sorte d'intimité solennelle dans le silence sauvage de la nuit (j'habitais en banlieue), et les récits. Je voyageais beaucoup mieux ainsi.


Je crois que, dans mon enfance, j'aimais lire contre l'ennui et l’oisiveté. Pendant les vacances, j’étais seule la plupart du temps. Je me rappelle, je m'asseyais près de ma petite sœur, qui contrairement à moi dormait beaucoup. Je surveillais sa respiration (instinct protecteur d'une grande sœur), et je lisais jusqu'à ce que maman rentrait à la maison. Ce ne fut jamais la routine dans la mesure où les livres avaient ce pouvoir de dévier la monotonie des jours où la même scène se répétait: petite sœur dort, la grande la surveille en lisant! Ce fut des moments de sérénité...


Mais aujourd'hui, je peux dire que je ne lis plus seulement pour le plaisir de lire, ou seulement pour ne pas être oisive. La lecture est plutôt devenue  un engagement. Elle m'aide, sans exagération du mot, à être extraordinaire.
Je lis pour me perdre sans avoir à m'inquiéter du chemin d'avant. Je lis contre les déceptions de la vie. Je lis pour ne pas pleurer mes peines mais celles des autres (les personnages des livres).
Je lis pour sourire au moment où il ne fallait pas. Je lis pour avoir cette sensation de contrôler une histoire en tournant une page (même quand le suspens cogne).Je lis pour m'échapper de moi. Je continue de lire contre l'ennui mais aussi pour tellement plus que ça. Comme on le dit très souvent: «La lecture est une culture.» Alors je m'instruis, je revendique ma vie avec la lecture et j'essaie dans la mesure que je peux d'inciter mon entourage à cette cause noble qu'est la lecture. Mais comme l'a si bien dit M. Déon: «La lecture n’est pas un acte facile. Elle exige cet engagement, de la solitude, de l’attention, de la curiosité, une disposition d’esprit.»

 

Je lis pour exister dans la peau d'une autre. Je lis pour que les mésaventures d'un personnage de récit se confondent dans les miennes. Je lis pour sortir tard de chez moi la nuit et éviter que maman me fasse toute une histoire. Je lis pour crever avec les cons des livres que dans la vraie vie. Je lis pour qu'on ne décide pas de mon chemin. Je lis parce que cette vie ne me suffit pas. Il y a bien des vies meilleures dans un livre. Je lis parce que je n'ai pas d'histoire. Je lis pour l'aventure, et pour apaiser quelquefois ma solitude. Par-dessus tout, je lis pour ne pas oublier.
 

Eunice Eliazar

@moijelis

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article