Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

N° 019 - Je lis pour marcher

Je lis pour me consoler,
m'envoler  vers la lune,
enterrer la discorde
dans la mer de tranquillité.

Je veux oublier les blessures d'antan,
les bandages accumulés sur les plaies,
les rages et l'amour de la bien-aimée.

Lire, enterrer et creuser
faire jaillir l'eau vive
à  la barre asséchée
dont je témoigne des omissions
d'immigrant en cette fin de siècle,
des lettres non-expédiées aux gardiens du lignage,

dans la sombre île lointaine,
profusion de nourriture et d'amour de l'hôte,
idée ridicule sans état et sans poids
d'être vagabond de la lune,
loti sur radeau insubmersible,
l'homme nouveau, l'Amérique.

Pardonner les affaires mentales
et y mettre de l'ordre, je lis.

Sombrer dans les lèvres du ghazal,
les cris d'un coeur, je lis.

Je lis pour voyager
sur des terres imaginées, lointaines,
démanteler des boucles de portes,
des robinets de fermeture, des bouchons,
des verrous, des 《 vous ne faites pas ça. 》

Je lis pour séduire
mon pouce gauche, pour marcher droit
sur la corde raide, deux pieds
en haut, au-dessus d'un ravin.

Je lis pour bagarrer
et fanfaronner avec les morts
et les morts vivants
et le nouveau fils du Sud
vigoureux, venu rendre jugement
sur la conduite de Rome.

Je lis pour échapper
aux chasseurs de sang, aux sangsues,
aux tuteurs, aux législateurs.

Je ne serai pas légiféré,
et ici je témoigne
je lis, je lis.

 Indran AMIRTHANAYAGAM,

Aller-retour au bord de la mer, LEGS ÉDITION, 2014.

@moijelis

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article