Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

N° 031 - Je lis pour mieux créer

Patrice D. FREDERIC - Étant écrivain, dramaturge, la lecture est mon premier cheval de bataille. Je lis pour améliorer mon écriture et mon langage.  Je lis pour travailler mon style.  Je lis pour nourrir mon esprit. Je lis pour mieux créer.

 

L’imagination chez moi est innée.  Depuis mon tout jeune âge, j’avais toujours une histoire à raconter, je faisais rire tout le monde.  Mais quand j’ai voulu tout mettre sur papier, j’allais faire face aux problèmes de syntaxe, de vocabulaires défectueux, d’impropriétés de mots et d’orthographe indésirables.

 

Mes mentors d’alors, qui étaient Mme Paulette Poujol Oriol de regrettée mémoire, le Dr Michel Phillipe Lerebours et le professeur Alix Emera, des personnages extrêmement exigeants, vis-à-vis du travail bien fait, m’ont prescrit la lecture comme seul remède à mon mal.  Je devais lire pour écrire.  Et surtout les classiques.  Alors je me suis mis à lire François Mauriac, André Gide, Guy de Maupassant, Hervé Bazin, Gustave Flaubert, Raymond Radiguet.  Madame Oriol m’avait dréssé toute une liste de livre que je devais avoir déjà lue avant d’être en classe humanitaire.  Et monsieur Lerebours me passait des livres.  Je me souviens des nuits sans sommeil à dévorer « Thérèse Desqueyroux », à savourer « Les Nourritures Terrestres », « La symphonie pastorale », à rire de Folcoche dans « Vipère au poing ».

 

Étonnamment, mon style s’est amélioré, j’employais correctement le subjonctif quand il le fallait, je maitrisais les concordances des temps sans avoir vraiment à étudier la grammaire.  Mon vocabulaire s’est enrichi.  Je commençais déjà à avoir, avant la classe de philo, une maitrise de l’écriture et du langage.  Et mon imagination devenait de plus en plus débordante. Et c’est ainsi que s’est développée mon addiction à la lecture.  Mon univers est fait de livres.  Pour moi, tout passe par la lecture.  Le secret de la vie est enfermé au cœur des livres.  À chaque travail que je dois réaliser, je prends tout mon temps pour lire ce qui a été déjà écrit autour du sujet.  Je lis pour nourrir mon subconscient.  Je lis pour canaliser mes idées.

 

La lecture m’a permis de grandir vite.  Et elle m’a aussi aidé à être prêt face aux éventuels coups bas de la vie et des gens.  Car à travers les vécues des protagonistes de certains romans, on apprend vite que la vie nous réserve bien des surprises.  Quand on tombe de cheval, on se remet en selle.  La lecture est à l’esprit ce que l’exercice est au corps.

 

Patrice D. Frédéric

Ecrivain, dramaturge,

Directeur artistique de la Compagnie de Théâtre Ami

@moijelis

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article