Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

N° 039 – Une histoire de la lecture

Denis Dufresne – Le premier livre que j’ai possédé et lu, cadeau de ma grand-mère, s’appelait Coucou es-tu là. C’était le début d’une grande histoire d’amour avec les livres. Mon deuxième a été remporté lors d’un concours à la maternelle : Le Manège enchanté. Un jour, quelques années plus tard, ma mère m’a acheté Bob Morane et le temple des crocodiles, et ainsi débutait une fougueuse passion qui m’a amené à lire en très peu de temps toute la collection du prolifique Henri Verne. Et cette passion pour le livre ne s’est jamais tarie.

Chacun de nous a son histoire propre, l’histoire personnelle de sa vie, une histoire parsemée d’événements anodins ou majeurs, de rencontres marquantes, de petits faits qui nous reviennent en mémoire au détour d’odeurs ou d’images diverses. Notre histoire en tant que lectrices ou lecteurs est aussi à la fois personnelle et universelle, dans le sens où, par des œuvres littéraires, de la plus banale au plus grand classique, nous nous joignons à l’Universel pour vivre par mots interposés des expériences toujours enrichissantes.

Parmi les livres qui ont marqué ma longue vie de lecteur se un essai particulier, Une histoire de la lecture d’Alberto Manguel. Écrivain né à Buenos Aires en 1948, Manguel, avec cet essai qui peut être lu comme un roman, nous entraîne à travers le temps et les continents dans une histoire de la lecture et des lecteurs telle qu’il l’a perçue et vécue.

Une histoire de la lecture est en effet un mélange délicieux d’études classiques, de psychologie, d’Histoire et d’histoires, de fantaisies et de souvenirs, le point de vue très personnel, érudit et enthousiaste de Manguel et qu’il partage affectueusement avec nous. Cela donne une œuvre inédite, débordante de surprises et d’anecdotes sait nous garder en haleine, nous les amateurs de livres et de lecture. Prenant appui sur sa propre aventure personnelle, d’une certaine manière, l'histoire de l'espèce humaine sous un point de vue très original que nous propose l’auteur.

À travers ce livre, je me suis senti guidé par l’auteur un peu comme Virgile l’était par Dante dans la Divine comédie. En effet Alberto Manguel nous prend par la main pour cheminer avec nous dans l’histoire passionnante des mots écrits depuis 6 000 ans, des tablettes d'argile sumériennes, en passant par les anciens scribes, les moines du Moyen Âge, la révolution de Gutemberg jusqu’au eBooks. Je me suis senti au gré de ces pages en proximité avec les auteurs classique, ceux de mes lectures anciennes ou scolaires et avec les lecteurs de tous les temps  : saint Ambroise, un des premiers à pratiquer la lecture en silence; Diderot, qui croyait aux pouvoirs thérapeutiques de certains romans; les dames de la cour japonaise du XIe siècle, qui elles-mêmes écrivaient les textes qu'elles voulaient lire; j’ai retrouvé Colette, qui lisait au lit pour se protéger du tumulte social; Dumas, dont le Comte de Monte Cristo était su par cœur par les cigarières à Cuba; je me suis senti Stevenson, qui ne voulait pas apprendre à lire afin de ne pas se priver du plaisir d’écouter sa nounou, etc. Manguel m’a fait découvrir, ou redécouvrir, en tant que lecteur, des facettes inconnues d’Ovide, Virgile, Kipling, Joyce, La Fontaine, Kafka, Orwell ... et aussi d’un inconnu presque aveugle qui le marquera à jamais en proposant de le payer pour lui faire la lecture. Cet inconnu s’appelait Jorge Luis Borges.

Une histoire de la lecture contient un grand nombre d'images, d'illustrations, de portraits et de photographies, ce qui conjugue la lecture de ce livre dans un acte impliquant presque tous nos sens. Car puisque lire est plus qu’un simple divertissement, Manguel nous amène à la rencontre du livre et surtout du lecteur qui de tout temps a partagé cette passion qui nous unit, qui fait que vous lisez aujourd’hui ce blogue et que je l’écris. À travers ce livre unique, j’ai retrouvé l'importance de l’acte de lecture puisque l’auteur argentin nous invite à être des lecteurs authentiques, engagés, exigeants, il plaide pour l’action privée de la lecture, non seulement comme outil de connaissance, mais aussi comme un acte de pouvoir et de rébellion, un acte créateur. Comme le disait Italo Calvino, cité dans le livre, « Lire, c'est aller à la rencontre d'une chose qui va exister ». Nous, lectrices et lecteurs, vous et moi, la faisons exister.

 

MANGUEL, Alberto. Une histoire de la lecture. Arles, Actes Sud collection Babel no 416, février 2000. 428 pages.

 

Denis Dufresne

@moijelis

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article