Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

N° 029 – Je lis pour oublier

N° 029 – Je lis pour oublier

Poulard CHARLES Qui se rappelle du premier jour où la maîtresse de la section maternelle nous apprenait à

faire connaissance avec nos premiers mots? Toutes sortes de techniques sont utilisées, les

images, les objets, les crayons de couleurs, l’ardoise, les petits animaux pour n’en citer que

cela, et ceux dans la seule optique de nous souhaiter la bienvenue dans le monde

extraordinaire de la lecture, plus souvent cursive en primaire, et avec l'âge finit par se corser

par les lectures sélectives ou de repérage, en diagonale et active. Et pourtant, d’une manière

générale n’ayant pas plus de 5 ans, tous ses souvenirs sont enfouis dans notre petite tête

comme si cela n’avait aucune importance, et pourtant de là peut provenir notre amour

inconditionnel pour les livres de la bibliothèque de l’école.

 

Sans vouloir être paradoxale, lire ne m’a jamais été une partie de plaisir. Et loin de vouloir

choquer avec l’objet (le titre) du texte, tenir un ouvrage me paraissait toujours

depuis mon plus jeune âge une manière intelligente d'appréhender le monde qui nous

entoure et toutes les richesses qui lui sont connexes.

 

Mais pourquoi « oublier » alors que je lis?

Peut-être me faudrait-il un cours de biologie et/ou de psychologie analytique pour enfin

comprendre en toute logique d’où me vient cette extrême sensibilité que je ressens à l’égard

de tous les objets même inanimés de mon environnement proche ou éloigné. N’est-ce pas la

seule voie pour mon inestimable vie, d’atteindre le but ultime de son existence? Laissons à

l’avenir le soin si possible d’apporter la réponse.

L’intrigue vient toujours du fait, pour moi le lecteur, de ne pas pouvoir me souvenir ni des

expressions, ni des mots de l’écrivain, car mon émotion démesurée m’emmène toujours

ailleurs; pour ne pas ajouter le fait de toujours jouer un rôle même abstrait dans le courant

littéral du document. L’auteur Dany Laferrière disait dans son recueil « L'art presque perdu

de ne rien faire » que « Lire n'est pas nécessaire pour le corps (cela peut même se révéler

nocif), seul l'oxygène l'est. Mais un bon livre oxygène l'esprit ». La seconde partie de sa citation

me force à croire que, lors de la lecture d’un volume, je suis de ceux dont la nature a fait le

don de voyager à travers le temps, tout en faisant abstraction du verbe prêté pour planifier et

organiser ce grand saut conjoncturel. Mon amour propre me pousse très souvent au-delà

des sentiers battus, à même vouloir entrer dans la tête de l’écrivain, et juger son art loin des

critiques qui souvent ne font qu’écorcher l’âme de ses idées.

Dès l’enfance, on m’a toujours appris à lire dans l’objectif de comprendre le bien fondé du

texte en question, et cela m’a toujours donné la mauvaise habitude de faire fi du style du

rédacteur, comme si je devenais tout à coup superficiel et immatériel. En effet, durant toute

la durée de la lecture, seul le confort hypnotique importe au-delà tout ce qu’un bon bouquin

bien écrit pourrait apporter à mon acuité intellectuel, par contre j’oublie vite le confort

littéraire que seule une lecture correcte et soutenue connaît le secret.

L’amour que je porte à la lecture est semblable à celle partagée avec mon âme sœur.
Une fois plongé dans ces deux mondes je ne reviens qu’au gré des brises du vent
Tout mon corps se transforme en une enveloppe charnelle chantant en chœur
Le refrain de ma joie de vivre, loin des adversités réelles du soleil levant.

Poulard CHARLES

Et pourquoi ne pas finir par ces mots de Antoine de Rivarol :

« La lecture, charmant oubli de vous-mêmes et de la vie »

 

Poulard Charles

@moijelis

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article